Biographie


Avant d’être peintre, Arnaldo Marotta a vécu plusieurs vies. Italien, né en 1940 dans les Abruzzes, il a été « Sciuscia », un enfant des rues. Arrivé en France à l’âge de 21 ans, il apprend le français tout seul, et parvient à se faire engager comme Majordome au sein d’une grande famille française. La première et dernière ligne d’un curriculum vitae « classique » dans cette tranche de vie qui fut plutôt aux antipodes de l’académisme. Le jeune homme est attiré par la scène et le monde de la nuit. Dans le Paris des années 60, le cabaret « Chez Michou » brille de mille feux. Arnaldo y débute sa carrière d’artiste comme transformiste. Pendant plus de huit années, il fait « les beaux soirs » du cabaret. Ses grands numéros sont entre autres « Juliette Gréco », « Maria Callas », « Nana Mouskouri ». Les habitués des lieux s’appellent Thierry le Luron, Sophia Loren, Romy Schneider, Yves Mourousi, Alice Sapritch, Lauren Baccal ou encore Liza Minelli. L’artiste se souvient du jour où Jacques Brel, en personne, est venu le féliciter à la fin du spectacle. « Tu es vraiment un grand acteur » lui a t-il déclaré. Mais si le compliment est sincère, Arnaldo ne se voit pas vieillir dans des numéros de playback. Il bifurque vers le prêt-à-porter de luxe, travaille entre Cannes et Paris chez Armani et Arnys où il entame un nouveau métier. Mais en 1993, Arnaldo Marotta apprend qu’il est atteint d’une grave maladie. Le choc est rude, l’horizon s’obscurcit subitement.

Cherchant des réponses à des questions qui nous dépassent tous, le voilà qui s’embarque dans une retraite spirituelle dans le sud marocain avec un groupe de vingt-cinq personnes emmenées par Marie de Hennezel, spécialiste reconnue dans le domaine des soins palliatifs. La méharée se déroule en pleine Semaine Sainte. Le Jeudi Saint, alors que tout le groupe répète le geste du Christ lavant les pieds des Apôtres, Arnaldo est littéralement frappé par une vision et « la sensation d’un amour infini, l’amour du Christ ». Une expérience sidérante, qu’il a gardée pour lui, parce qu’elle était indescriptible. « Je me suis réfugié au pied d’un arbre, raconte t-il sobrement, et j’ai tracé mon premier dessin au stylo à bille. De retour en France, mon premier geste a été d’aller acheter des tubes de peinture, un pinceau et des toiles. C’était un besoin irrépressible ». A 53 ans, alors qu’il n’a jamais tenu un pinceau ou pris un cours de dessin de toute sa vie, Arnaldo Marotta devient peintre. « Cette activité », confie t-il, « est devenue toute ma vie. Souvent, je dis : ce n’est pas moi qui ai choisi la peinture, c’est la peinture qui m’a choisi. Lorsque je peins, je suis dans un état second, je ne peins jamais dans la tranquillité. J’ai beaucoup travaillé, produit de bonnes et de mauvaises toiles et n’ai finalement rencontré mon premier public qu’en 1997… » S’ensuit une carrière ponctuée d’expositions collectives ou individuelles – trente à ce jour – de récompenses et de distinctions. Marotta ne semble guère s’en émouvoir. Son regard, tout comme celui des personnages de ses tableaux, est à la fois lumineux et insondable. Ses pensées, de toute évidence, sont ailleurs.

Videos

Oeuvres

Expositions

Rencontre avec son premier public lors d'un vernissage privé

Exposition Galerie Marthe NOCHY, Paris 6e

Espace CARDIN à Paris et Bruxelles, dans le cadre du Salon "coup de coeur",
lequel regroupe des collectionneurs amateurs d'Art présentant
leur coup de coeur pour des créateurs contemporains

Exposition de dessins et peintures à l'espace AIDE Arc en Ciel, Paris 10e.

Exposition portes ouvertes atelier, Paris 12e

Exposition Société Nets Capital, Paris 3e

Exposition Galerie la Capitale, Paris 1er

Salon d'Arts plastiques, Bois-le-Roi (77)

Salon d'Arts plastiques, Samois-sur-Seine (77)

Exposition Galerie Jean TOUZOT, Paris 5e

Exposition Novotel Gare de Lyon, Paris 12e

Salon d'Arts plastiques, Bois-le-Roi (77)

Salon d'Arts plastiques, Samois sur Seine (77)

Salon d'Automne de la Ville de Fontainebelau (77)

Exposition collective Espace CINKO, Paris 2e

Salon d'Arts plastiques René Clément BAYER, Samoreau (77)

Salon de peintures de Moret-Sur-Loing (77)

Salon d'Arts plastiques, Bois-le-Roi (77)

40e Grand Prix de Barbizon

Exposition Compagnie des Arts, Paris 2e

Exposition Pavillon de l'Erable, Avon (77)

Salon d'Arts plastiques, Bois-le-Roi (77)

Salon d'Arts plastiques (Invité d'honneur), Samois-sur-Seine (77)

Exposition Studio 28, Paris 18e


Salon d'Arts Plastiques René Clément BAYER, Samoreau (77)

Exposition Galerie "Arts et Autographes", Paris 6e

Salon d'Arts Plastiques, Samois-sur-Seine (77)


Exposition Galerie Jean TOUZOT, Paris 5e


Salon d'Arts Plastiques René Clément BAYER, Samoreau (77)




Salon d'Arts Plastiques René Clément BAYER, Samoreau (77)


Exposition Galerie DEPT-ART, ORLEANS (45)
53e Salon d'Arts Plastiques, Samois sur Seine (77)

Exposition Le Grand Veneur, BARBIZON (77)


Salon d'Arts Plastiques, Samois sur Seine (77)






Récompenses

Le Prix de la ville de Samois sur Seine
Le Prix du Sénat
Le Prix du Conseil Général de Seine et Marne
Le Prix de la Communauté des Communes du Pays de Seine
Le Prix René Clément Bayer
Le Prix de la Ville de Fontainebleau
Le Prix de la Ville d"Avon
Le Prix de l"Assemblée Nationale

Témoignages

Hello Arnaldo ! De beaux souvenirs avec toi ! La Dame à la voilette trône maintenant dans ma chambre, dans un très bel encadrement. Quelle joie de pouvoir la contempler ! Et tellement fière d'en être l'heureuse propriétaire ! Bises Marie MOUTON Marie MOUTON, le 08/02/2015
Je connais depuis son commencement la peinture d'Arnaldo Marotta, et c'est toujours une émotion forte et un émerveillement devant ce jaillissement de couleurs et d'écriture bien particulière, qui surgissent en moi. Merci pour ces moments précieux.Dominique MARQUET, le 01/02/2014
Hello Arnaldo! Quel chemin parcouru, et quelle oeuvre magnifique. Bravo. En toute amitié, RussellRussell Boncey, le 13/10/2013
j'aime !!!Nicole Perlade, le 08/01/2013
Plus peintre de l'énigme que jamais.Clément BAYER, le 29/06/2012
Matières sensuelles. Couleurs riches et chaleureuses. Belle inspiration.A. F., le 29/06/2012
Ravie de pouvoir contempler, dans ce bel espace, ces oeuvres, fenêtres ouvertes sur de nouveaux mondes, de beaux visages de femmes qui racontent leurs histoires à travers leurs regards.Marik CASSARD, le 29/06/2012
Toujours aussi beaux, toujours autant de lumière dans ces magnifiques tableaux et toujours autant de plaisir à les découvrir. Avec toute notre Amitié.LUCIANI Danièle et Jean, le 29/06/2012
Contrastes de couleurs et de reliefs. Magnifique travail. Splendide voyage interrogatif.INCERTI-FORMENTINI Thomas, le 29/06/2012
Beau bouquet d'expressions, de visages mystérieux ou radieux, où le rêve et la réalité s'épousent.Olivier, Carole, Geneviève, le 29/06/2012
C'est un rendu très poétique et réussi de la beauté des femmes. Merci et Bravo.HIMO William, le 29/06/2012
Tous ces visages me parlent et m'interrogent... Qu'attendent-ils? L'éclosion d'un nouveau monde? Une révélation? Un regard d'amour qui relève et fait chanter la vie en ses soleils... Merci d'oser, dire et être.Signature illisible, le 29/06/2012
Merci pour votre talent exceptionnel qui est plein de l'âme et grand coeur.Ann et Peter GAGG (Angleterre), le 29/06/2012
Jamais je ne me lasserai d'admirer vos œuvres.Coralie BASTIAENS (Bruxelles), le 29/06/2012
Toujours aussi beau. Toujours autant de lumière dans ces magnifiques tableaux et toujours autant de plaisir à les découvrir.Jean LUCIANI, le 29/06/2012
Trés belles peintures et fier de porter ce nom.MAROTTA Pierre, le 28/06/2012
Rêve(s) de femme(s), femmes rêvées ou femmes de rêve… ? Les femmes de Marotta sont toutes celles-là qui offrent, d’un regard ou d’une attitude, tout leur mystère au cœur de ce monde rêvé… Par Marotta peut-être. Lui qui nous les livre parées de leurs regards énigmatiques, lointains parfois, enveloppées de lourdes étoffes ou drapées de voiles, cachées ou les épaules dénudées, toutes sont le reflet de la beauté selon l’artiste. Les visages, toujours au cœur des préoccupations du peintre, sont sublimés par la douceur de la touche picturale, tandis que les fonds et les vêtements sont de plus en plus richement travaillés, même au cœur d’une palette de couleurs parfois très minimaliste comme en témoigne « Rêve de femme »… Mais à quoi songent-elles, celles qui, tantôt madones, tantôt diablesses, semblent porter tous les mystères du monde dans leurs sourires étranges ? Quelles tempêtes se jouent derrière ces calmes apparents ? Quelles sont leurs histoires ? Autant de questions que de coups de pinceaux, de sensations soulevées, de rêves partagés… Catherine LECOCQ, le 15/05/2012
J'ai eu la chance de rencontrer Arnaldo voilà maintenant quatre ans. C'est quelqu'un d'une grande simplicité, dont le talent artistique m'a aussitôt ému. Son oeuvre est belle et colorée. Elle m'inspire la rêverie et m'emmène vers une certaine spiritualité... Je ne peux que remercier Arnaldo de nous offrir tant d'émotions et de sensibilité. Avec toute mon amitiéLAURENS Daniel, le 28/03/2012

Presse

République Seine & Marne, 2006
Arnaldo Marotta, République Seine & Marne 2006

République Seine & Marne, 2008
Arnaldo Marotta, République Seine & Marne 2008

Marthe Nochy, Collectionneur


J'ai éprouvé le véritable "Coup de Coeur" devant la jeune oeuvre de Arnaldo MAROTTA.
La profondeur des sujets traités, l'enthousiasme dans le trait, le bouillonnement des couleurs, un équilibre des formes restituent la part d'éternité qu'il y a en chacun de nous.
Ce travail ardent ne peut, me semble-t-il, laisser l'amateur d'Art indifférent et engage le regard et la pensée vers le rêve d'une spiritualité spontanée.

Marik Cassard, Collectionneur


Les peintures d'Arnaldo MAROTTA stimulent l'imaginaire. Les couleurs, les formes résonnent au niveau inconscient et font naître des sensations et des perceptions du monde évoquant un voyage à travers le cosmos, les galaxies... C'est pour moi une source de réflexion spirituelle.
Grâce à l'agencement des couleurs et de la matière, les huit tableaux avec lesquels je vis tous les jours me ressourcent, me donnent de l'énergie et m'aident à prendre de la distance pour relativiser les problèmes et souffrances de la vie.
Chaque tableau fait écho à des représentations différentes et suscite des perceptions spécifiques : l'un permet la distance, l'autre connecte avec la nature comme une promenade en forêt ou m'entraîne au travers d'un trou noir dans la quatrième dimension. Actuellement, Arnaldo MAROTTA fait un travail plus orienté sur l'humain et les énergies incarnées.
Je ressens chez lui une démarche intégrant un chemin spirituel développé au travers de ses expériences personnelles qu'il transmet dans ses tableaux. Il exprime une profondeur au niveau de la recherche du sens qu'il communique aux personnes qui voient ses tableaux, leur permettant ainsi d'être en contact avec leur propre sens, leur propre quête et les aidant à se recentrer.
Arnaldo MAROTTA est un accompagnant spirituel, un quêteur d'éternité.

Bruno Clement, Journaliste-réalisateur


Le peintre de l'énigme.
Il est toujours délicat de présenter un peintre à un public qui ne connaîtrait pas encore son oeuvre.
D'habitude, on appelle des références, on compare, on cherche des rapprochements.
Dans les toiles d'Arnaldo Marotta, certains ont cru déceler une certaine filiation avec Modigliani, lui aussi Italien et familier de la Butte Montmartre.
D'autres, par la lumière de sa palette ont suggéré Dufy ou Chagall.
A bien y regarder, la méthode paraît vaine, tant le travail de Marotta est original.
Autodidacte, de maîtres il n'a jamais eu et il ignore les modèles.
Artiste authentique, son imaginaire, foisonnant et complexe, porte seul cette oeuvre singulière.
Marotta est unique parce qu'il maîtrise - voyez ses portraits ou ses abstractions fulgurantes -, l'art impensable de dire le mystère.
Sans qu'il en ait conscience, c'est lui qui s'impose désormais comme une référence.
Marotta, le peintre de l'énigme.

Catherine Cousseau, Médiatrice culturelle


Je vois dans l'oeuvre d'Arnaldo Marotta, mille et un visages...
Les mille et un visages que l'artiste porte en lui-même...
Et l'oeuvre est paradoxe: devant l'idée d'une beauté esthétique et plastique du portrait, où une luxuriance de formes, drapés, soies et parures, viennent étayer sa représentation, une autre s'impose presque simultanément: l'expression contenue dans les regards, le mouvement des bras, le port de tête, l'inclinaison du buste, le choix des couleurs, les fonds (qui constituent presque des scènes figées de théâtre ou des instantanés de cinéma...) ajoutent, à la présence spaciale, une forte présence spirituelle.
Enfin une dimension suggestive vient clore le cortège des sensations et émotions possibles: l'offrande de l'artiste qui nous dépayse, nous raconte des histoires de dunes, de princesses envoûtantes, de personnalités affranchies ou revendicatrices... Le regard perce alors les limites de la toile pour entrer dans une réelle épaisseur, une présence palpable et faire enfin la rencontre attendue.
Cependant, une fois détaché de l'expression s'attardera-t-on sur la formidable souplesse du pinceau donnant le volume de la courbe, humble mais combien efficace.
Arnaldo Marotta parvient ainsi à un ensemble cohérent, poétique et sensuel dans le sens le plus humain du terme, où les sens renouent avec l'essence, tantôt celle des Origines, tantôt celle du chemin spirituel et, c'est bien là le talent de l'artiste.

Laissez-moi un message